CELLcips
illustration d'un visage souriant avec un livre

Langage clair

Tous les contenus de ce site sont rédigés en langage clair.

En savoir plus

Définitions et Questions

Des mots demandent une définition ?
Vous avez des questions ?

C’est la FAQ ou questions fréquentes.

Nos réponses sont courtes et faciles à lire.

Filtres

Réinitialiser les filtres

Définitions

Vos questions

Liste des questions

Résultats de la recherche:

L’éducation numérique, c’est connaître les informations et les médias.
C’est important de savoir comment sont faites les informations. 

On travaille sur les médias, par exemple:  

  • les journaux,  
  • les sites internet,  
  • les réseaux sociaux,  
  • les images,  
  • les films.

Il faut se poser des questions.  
Certaines informations sont justes ou d’autres fausses. 

Par exemple sur FaceBook ou Tik-Tok, des informations sont méchantes pour rien.

Un élève est parfois freiné pour apprendre, pour communiquer, pour répondre aux questions.
Il est peu autonome.
Parfois la difficulté est tout le temps là.
Peut-être la difficulté est provisoire (accident, maladie).

Il faut quelque chose pour aider - catalogue par difficultés

Les enseignants remarquent qu’un ordinateur ou une tablette aident beaucoup.

  • L’élève peut mieux suivre les cours. 
  • L’élève peut aussi participer aux loisirs ou communiquer.
  • L’élève peut être bien plus autonome et faire tout seul, comme les autres.

Le réseau pluridisciplinaire pourra dire si une aide technologique serait utile tout le temps.

L'école convoque le réseau.
L'école dirige les réseaux.

On met en place une technologie d'aide dès que c'est possible.
Mais surtout dès qu’on pense que c’est utile.

Le réseau pluridisciplinaire peut même décider de mettre en place une aide pour des enfants qui ne sont pas encore à l’école, parfois !

Le mieux est, toujours, de faire des essais et de bien connaître les besoins.

On peut faire une mise en place petit à petit aussi !

Un élève suit un parcours à l’école, depuis le Cycle 1 jusqu’à l’apprentissage ou le gymnase. 

Quand un élève a une technologie d'aide : 

Une technologie d’aide est parfois inutile.
Le réseau pluridisciplinaire de toutes les personnes intéressées va décider de cela :

  • La difficulté de l’élève, de l’étudiant ou de l’apprenti est autre.
    La technologie d’aide complique encore plus.
  • L’école ou la maison doit encore apprendre comment utiliser la technologie d’aide.
    Parfois c’est trop compliqué.
  • Parfois il faut faire des étapes et attendre encore.
    Par exemple il faut apprendre encore des choses.
    Savoir fixer un point, par exemple.
  • Parfois l’argent est le problème aussi.
    Parce que ça coûte cher.

Savoir ce qui est utile et ce qui ne serait pas utile dans le numérique, c’est important.

Le réseau pluridisciplinaire montre quels sont les besoins.
Parfois des aides sont de trop et ajoutent des difficultés.

Il faut bien connaître les ressources de chacun et chacune (élève, école, famille, thérapeute), ce que chacun sait ou pourra savoir.

C’est très important de bien connaître les possibilités de ces outils et de les utiliser seulement s’ils sont utiles.

Il faut les connaître et se former pour pouvoir les utiliser ensuite.

Une structure Transition École Métier ou TEM accueille des élèves qui ont des mesures renforcées ou MR.
Ils doivent pouvoir utiliser les technologies d’aide et les réglages d’accessibilité.

Parfois il faut expliquer pourquoi c’est important.
Normalement, l’école d’avant a organisé quelque chose pour la transition.
Sinon, il faut organiser un réseau.

Nous aidons à mettre en place des technologies d’aide depuis longtemps déjà.
C’est important de faire les choses dans le bon ordre et avec les bonnes personnes.
Il y a 7 étapes à ne pas manquer pour les élèves avec des mesures renforcées (MR).

  1. Le réseau : Il est organisé par l’école et réunit les gens qui entourent l’élève. Il discute des besoins de l’élève et fait le choix du meilleur outil.
  2. Les essais : L’élève peut essayer des outils en prêt quelque temps si on hésite entre plusieurs appareils pour la technologie d’aide.
  3. La demande d’achat : Faite à l’Office d’assurance-invalidité par les parents, avec une aide parfois.
  4. La préparation technique : Régler les questions techniques de connexion, de mises à jour et voir qui s’occupera de l’appareil.
  5. La formation : Des adultes qui travaillent avec l’élève, à l’école, mais aussi de l’élève et des ses parents.
  6. Le suivi et le bilan: Le réseau se réunit après quelques mois pour faire un bilan et voir s’il y a encore besoin d’aide.
  7. La transition et les transmissions : En cas de changement de classe ou d’école, il faut informer et former les nouvelles personnes.

Pour aller plus loin : pour la technologie d'aide, soutien par la cellCIPS

Le formulaire de contact  

Si vous voulez mettre en place une technologie d’aide avec notre aide en réseau (réservé pour les écoles vaudoises, il faut d’ailleurs toujours voir avec sa direction).
ta@cellcips.ch est aussi une possibilité.

Si vous voulez des informations plus générales, le courriel est aussi possible.
info@cellcips.ch 

Dès que possible, mais surtout AVANT l’achat d’une machine, il est intéressant de faire un réseau pluridisciplinaire. 

Quand on a pu discuter des besoins de l’élève, on peut mieux savoir ce qui sera difficile ou peut-être impossible.
On peut s’organiser pour faire la mise en place petit à petit.
Si la machine est déjà là (elle a été offerte à Noël par exemple), il faut oser se poser la question « est-ce le bon outil ? ».
Il faut voir les besoins mais aussi les possibilités de l’école (WiFi, formations, etc.).

Le réseau pluridisciplinaire, dès le départ, c’est très important.
Il faut réfléchir à plusieurs.
Mettre en place la technologie d’aide (TA) avec toutes les personnes concernées.

Il faut aussi des outils pour faire le suivi.
Par exemple, un carnet où on écrit les progrès.
Un endroit où l’on dit ce qui doit être fait.
Ce carnet doit suivre l’élève, l’étudiant ou l’apprenti.

Ce carnet peut être le Référentiel de compétences.

Tous les élèves, étudiants ou apprentis changent de classe.

  • L’élève peut lui-même annoncer qu’il utilise une technologie d’aide. 
  • L’élève peut lui-même dire que des outils d’accessibilité sont utiles pour lui ou pour elle.
  • L’enseignant ou l’enseignante doit rendre ses cours accessibles pour tous.
  • Le référentiel de compétences d’usage d’outils informatiques est une aide très importante. 
    • Il faut demander si l’élève en a un.
  • Il est important de faire les choses rapidement à la rentrée.
    C’est plus facile si l’école d’avant a déjà organisé quelque chose.
    • Par exemple un rendez-vous ou un courrier.
  • Les parents et l’élève doivent donner leur avis.
    Un réseau pluridisciplinaire, c’est très important dans les transitions.
  • C’est aussi utile si le doyen informe les professionnels suivants, passe les informations. 

L’école dirige, toujours, la mise en place d’une technologie d’aide.

La direction de l’école invite les participants aux réseaux pluridisciplinaires.
Au premier réseau ou aux moments de bilans.

Une prise de notes facilite ensuite le suivi. 

  • Qui fait quoi et quand sont notés.

L’école coordonne les demandes avec les thérapeutes et les autres intervenants
Elle vérifie si la technologie d’aide est utile à l’élève.

L’école forme les collègues et les parents.
Parfois avec de l’aide d’externe:

  • ergothérapeutes ou logopédiste par exemple, 
  • une ou un collègue de la cellCIPS,
  • d'autres centres.

Le réseau pluridisciplinaire va faire et proposer ses choix

Il faut penser à beaucoup de choses : 

  • Quels logiciels sont déjà présents et connus sur les ordinateurs ou les tablettes?
  • Le logiciel « spécial » qu’il faudrait mettre en place, est-il compliqué ? 
    • qui fait l’installation ? 
    • qui forme ?
  • La machine sera-t-elle prêtée (et achetée) par l’Office de l'Assurance Invalidité?
  • Faut-il prêter une machine de l’école ? 
    • Parfois les parents peuvent l’acheter aussi.

Ainsi on pourra s'aider par exemple de notre tableau récapitulatif, ordinateur ou tablette ?

On choisit une application parce que plusieurs autres écoles l’utilisent.
Les échanges seront plus faciles.

Le délai peut être long, à savoir entre 3 mois et 1 an 1/2.
Si le devis est supérieur à 2’000.- c’est parfois plus long encore.

S’il y a « urgence », le prêt dans la phase test (à titre exceptionnel) peut parfois se prolonger.
Dans certains cas, les parents vont avancer l’argent (ou des associations, ou les assistants sociaux).

Il faut aussi réfléchir à ça dans le premier réseau pluridisciplinaire.

Une technologie d’aide en place, ce sont des informations sur le nuage ou Cloud en anglais.
Une technologie d’aide en place, ce sont des notes dans l’ordinateur, par exemple.

Aujourd’hui, nous proposons souvent DropBox.
Pour l'École d'Apple School Manager ou ASM est bien aussi.
De plus en plus souvent, OneDrive de Microsoft 365 est utilisé.
Parfois les réseaux sociaux ou les mails peuvent être utilisés.

Ces outils sont prévus UNIQUEMENT pour les échanges 

  • sur le travail scolaire, 
  • sur des exercices, 
  • sur des travaux d’élèves.

ATTENTION.

  • Les commentaires, 
  • remarques, 
  • diagnostics au sujet de l’élève... 

...sont à entrer sur d’autres espaces que la Direction de l’école met à disposition.
Il y a des espaces sécurisés pour ces données.

La technologie d’aide ou TA doit être le plus facile possible à mettre en place.
Si c’est trop compliqué, on est découragé.

  • Lors des réseaux pluridisciplinaires du début, il faut choisir les outils les plus simples.
  • Les ressources de l’élève mais aussi des adultes doivent être connues. 
  • Il faut tester : des fois c’est moins compliqué que prévu.

En réseau pluridisciplinaire, la question "qui forme le jeune" est posée.

  • Le ou la thérapeute peut former l'élève ou l'étudiant.
    Le financement est pris en charge par l'AI.
  • L'enseignant spécialisé itinérant ou de l'école va peut-être former le jeune.
    Ce sera avec l'aide de la personne ressources en éducation numérique.

La cellCIPS met des ressources à disposition: