CELLcips
illustration d'un visage souriant avec un livre
Rechercher
Recherche
illustration d'un visage souriant avec un livre
Questions, réponses
Questions
illustration d'un visage souriant avec un livre
Langage clair
Langage

Définitions et Questions

Des mots demandent une définition ?
Vous avez des questions ?

C’est la FAQ ou questions fréquentes.

Nos réponses sont courtes et faciles à lire.

Filtres

Réinitialiser les filtres

Définitions

Vos questions

Liste des questions

Résultats de la recherche:

On met en place une technologie d'aide dès que c'est possible et nécessaire.
Mais surtout dès qu’on pense que c’est utile.

Parfois on peut même décider de mettre en place une technologie d'aide pour des enfants qui ne sont pas encore à l’école !
Le mieux est, toujours, de faire des essais et de bien connaître les besoins.
On peut faire une mise en place petit à petit aussi !

Les technologies d’aide peuvent être proposées à tous les élèves.

L'élève a des besoins pour

  • lire
  • écrire
  • parler
  • entendre
  • gérer son environnement

Parfois l'élève a tout le temps ces problèmes.
Mais il peut aussi avoir besoin d'aide après un accident. C'est momentané.

On peut aussi proposer la technologie d'aide à des personnes âgées. Par exemple sa grand-maman.

Nous conseillons de commencer par un réseau pluridisciplinaire afin d'identifier les besoins et les difficultés de l'élève.
La technologie d’aide doit se mettre en place avec la direction de l’école.
Ceci vous permettra aussi de vous coordonner pour récolter tous les documents nécessaires pour la demande OAI :

  • les rapports médicaux (pédiatre) et compléments (ergo, logo),
  • le rapport de soutien de l'école,
  • le devis complet (accessoire, applications et outil) d'un revendeur agréé.

Ce sont les parents qui doivent faire la demande à l'OAI. Ils peuvent être aidés si besoin par quelqu'un du réseau.

Documents utiles :

Nous aidons à mettre en place des technologies d’aide depuis longtemps déjà.
C’est important de faire les choses dans le bon ordre et avec les bonnes personnes.
Il y a 7 étapes à ne pas manquer pour les élèves avec des mesures renforcées (MR).

  1. Le réseau : il est organisé par l’école et réunit les gens qui entourent l’élève. Il discute des besoins de l’élève et fait le choix du meilleur outil.
  2. Les essais : l’élève peut essayer des outils en prêt quelque temps si on hésite entre plusieurs appareils pour la technologie d’aide.
  3. La demande d’achat : faite à l’Office d’assurance-invalidité par les parents, avec une aide parfois.
  4. La préparation technique : régler les questions techniques de connexion, de mises à jour et voir qui s’occupera de l’appareil.
  5. La formation : des adultes qui travaillent avec l’élève, à l’école, mais aussi de l’élève et des ses parents.
  6. Le suivi et le bilan : le réseau se réunit après quelques mois pour faire un bilan et voir s’il y a encore besoin d’aide.
  7. La transition et les transmissions : en cas de changement de classe ou d’école, il faut informer et former les nouvelles personnes.

Pour aller plus loin : pour la technologie d'aide, soutien par la cellCIPS

Comment reconnaître l'outil adapté ?
Voici quelques pistes :

  • Si beaucoup de gens le connaissent déjà bien, c'est plus facile à mettre en place.
    L’accompagnement sera plus efficace.
  • L’outil convient à l’élève et à ses besoins.
    Il faut faire des essais.
  • L’outil adapté est aussi celui qui convient à l’école.
    Parce que l'école doit offrir des soutions, par exemple le WiFi.
  • Si l’élève  connaît déjà bien sa machine, alors c'est bien de la garder.
    Et c'est à l'école de s'adapter.

Différencier, c'est tenir compte des besoins des élèves dans la planification et la gestion de ses cours.
Enseigner, c’est être flexible.
Les élèves sont tous différents et apprennent plus ou moins vite.

Il est aussi important de rendre les supports de cours accessibles pour tous les élèves.

Les documents accessibles sont des documents conçus pour tout élève, mêmes ceux à besoins particuliers.
Pour faire de l’accessibilité, il y a des règles à suivre.

Les règles importantes, comme par exemple :

  • La police de caractère
  • L’espacement
  • Proposer un modèle pour donner à l’élève une présentation qui lui convient
  • On donne des aides pour l’organisation du temps.
    • Par exemple on programme des rappels.
  • On donne toujours plusieurs possibilités pour apprendre :
    • Des textes.
    • Des images.
    • Des films.
    • Des sons.

Nous avons un document utile pour tous :  Bonnes pratiques : l’accessibilité pour tous

La technologie d'aide peut être utile. Mais pas toujours.
Il est important de comprendre les besoins de l'élève, les besoins de l'école aussi.

Parfois des technologies d'aide compliquent.
Parfois les technologie d'aide ajoutent des difficultés.

Il faut bien connaître les ressources de chacun et chacune (élève, école, famille, thérapeute).

Nous préférons parler d’outil adapté.

Parfois ça fait longtemps qu’on utilise le même genre d’appareils.
Par exemple, dans le canton de Vaud, on a partout, à l’école obligatoire, des outils Apple ou Mac.

  • Si beaucoup de gens le connaissent déjà bien, ce sera plus facile.
  • L’outil convient à l’élève et à ses besoins.
    • Parfois il faut un grand écran et un système ordinateur.
    • Parfois c’est plus simple avec une tablette.
    • Parfois le tactile est trop difficile.
  • Parfois, il faut faire des choix différents parce que seulement certains ordinateurs ou tablettes peuvent utiliser des logiciels que l’on veut mettre en place.
  • Parfois l’élève vient d’ailleurs et il faudra essayer d’utiliser le mieux possible la machine qu’il connaît déjà bien, même si elle est moins connue chez nous.
    Si on le force à changer, c’est risqué.

Dès que possible, mais surtout AVANT l’achat d’une machine, il est intéressant de faire un réseau pluridisciplinaire. 

Quand on a pu discuter des besoins de l’élève, on peut mieux savoir ce qui sera difficile ou peut-être impossible.
On peut s’organiser pour faire la mise en place petit à petit.
Si la machine est déjà là (elle a été offerte à Noël par exemple), il faut oser se poser la question « est-ce le bon outil ? ».
Il faut voir les besoins mais aussi les possibilités de l’école (WiFi, formations, etc.).

Quand c’est nécessaire et pas plus !
Si l’école peut offrir d’autres solutions plus simples, il faut les choisir !
Nous voulons que l’élève arrive à atteindre les objectifs de l’école.
Parfois on met à disposition l’outil petit à petit, par exemple pour quelques cours seulement dans un premier temps.

Si un élève peut profiter d’une aide, il faut la mettre en place.
Attention : il faut toujours partir des besoins et des difficultés de l'enfant SANS l'outil.
À partir des besoins il sera possible d'identifier l'outil le plus adéquats aux tâches scolaires.

Le réseau pluridisciplinaire va aider et soutenir la réflexion autour de l'outil, des accessoires et des applications les plus pertinents pour l'élève.

Le choix du matériel se fait en prenant en compte :

  • les besoins et difficultés de l'élève
  • les compétences de l'élève
  • le contexte scolaire (WiFi? emplacement dans la classe ?)
  • les ressources et compétences du réseau pour l'accompagnement de l'outil.

Une fois le choix fait, il sera nécessaire d'aller vers un revendeur agréé pour demander un devis officiel à joindre à la demande OAI.

Si l'élève est MR, la cellCIPS peut être conviée au réseau pour aider dans la réflexion.
Si nous ne pouvons pas être là, voici quelques documents qui peuvent vous êtres utiles :